- Advertisement -

Rééduquer mon Chien Contre les Mauvaises Habitudes

Lorsqu’il s’agit d’enseigner au chiot les bases des comportements appropriés, on fait référence à son éducation. Cependant, si l’objectif est de rectifier de mauvaises habitudes, on parle plutôt de rééducation. En effet, il devient alors impératif de réviser l’éducation du chien afin de lui réapprendre à se comporter correctement. Explorons la manière de procéder.

Rééduquer mon Chien
Rééduquer mon Chien

La rééducation canine : de quoi s’agit-il et quels chiens sont concernés ?

La rééducation d’un chien consiste à revoir son éducation pour l’aider à abandonner de mauvaises habitudes et à adopter de nouvelles pratiques. L’objectif est de lui faire oublier ce qu’il ne devrait plus faire pour ensuite lui réapprendre les bons comportements. Il s’agit d’une opération délicate visant à modifier les schémas d’actions adoptés par le chien afin de le guider vers un nouveau comportement plus approprié.

En résumé, rééduquer signifie re-éduquer, c’est-à-dire reprendre une éducation qui a été inachevée, mal effectuée ou non réalisée pour amener l’animal vers de meilleures bases. On élimine les mauvaises habitudes pour les remplacer par de nouvelles, mieux adaptées aux souhaits du maître et aux besoins naturels du chien.

La rééducation peut être entreprise à tout âge. Bien que dans la plupart des cas cela concerne des chiens adultes, notamment issus de refuges ou ayant été pris en charge par de nouveaux maîtres après avoir été délaissés par les anciens, un jeune chiot peut également être concerné. Certains animaux adoptent rapidement de mauvaises habitudes, surtout lorsque leurs maîtres n’ont pas su leur inculquer les bases d’une éducation canine saine et équilibrée.

Il est généralement plus facile de rééduquer un jeune chien, car les mauvais comportements ne sont pas ancrés depuis de nombreux mois ou années, mais le processus nécessite malgré tout une démarche complète de rééducation.

Comment aborder la rééducation d’un chien ayant développé des mauvaises habitudes ?

Quelles précautions prendre ?

Avant de vous lancer dans les démarches de rééducation de votre chien, il est essentiel de prendre le temps de faire le point sur certains paramètres.

- Advertisement -

Le passé du chien

Les habitudes indésirables chez votre compagnon à quatre pattes peuvent découler de son passé. Il a peut-être vécu un traumatisme, perdu un proche (qu’il s’agisse d’une personne ou d’un autre animal), subi des actes de violence, voire n’avoir jamais reçu d’éducation. Ces expériences passées peuvent fortement influencer son comportement actuel et entraver toute possibilité d’instaurer des bases plus saines.

Bien que jamais trop tard pour agir, la rééducation devient plus complexe avec l’âge de l’animal et la sévérité des traumatismes subis. Pour certains, il peut même être impossible d’effacer des années de mauvaises habitudes. Dans de tels cas, il est crucial d’adopter une approche cohérente et équilibrée pour tenter d’améliorer la situation.

L’assistance d’un professionnel de l’éducation canine est souvent essentielle, surtout lorsqu’on ignore le passé du chien ou qu’il vient d’être adopté. Il est nécessaire de prendre en compte son caractère, sa sensibilité et son état émotionnel pour mettre en place une rééducation adaptée.

La santé du chien

Certains chiens peuvent souffrir de troubles du développement ou d’autres problèmes de santé qui entravent la mise en place d’une éducation et d’une rééducation appropriées. Dans de tels cas, l’intervention d’un professionnel tel qu’un éducateur comportementaliste canin peut être un soutien indispensable.

Bienveillance et fermeté

Pour rééduquer votre compagnon à quatre pattes et établir de bonnes bases, il est impératif de faire preuve de fermeté. La fermeté ne signifie pas recourir à la violence, à la brutalité ni à la punition. Il s’agit plutôt de s’affirmer en mettant en place une rééducation cohérente, avec des ordres clairs et constants pour une même demande, sans revenir en arrière. Si votre animal perçoit une faiblesse, il peut en profiter, compromettant ainsi votre rôle de leader. La fermeté ne doit pas être confondue avec la sévérité, mais plutôt comprise comme la capacité d’imposer un cadre sain et équilibré qui aidera le chien à développer des repères stables, solides et rassurants.

D’autre part, pour garantir l’efficacité de la rééducation, il est recommandé d’adopter une approche bienveillante. La bienveillance n’implique pas d’accepter tous les comportements du chien, mais plutôt de l’encourager vers des comportements positifs par la patience, des explications claires et cohérentes, ainsi que des récompenses. Cela se traduit par des félicitations pour les succès afin d’encourager le chien à les reproduire, et l’ignorance des comportements indésirables pour dissuader l’animal de les réitérer.

Comment procéder à la rééducation de votre chien ?

Les étapes essentielles à suivre

Voici les recommandations à mettre en pratique pour entreprendre la rééducation de votre fidèle compagnon.

Étape n°1 : Rééduquer mon Chien

Établir de nouvelles bases en réinstaurant des règles et des limites

Avant tout, il est crucial d’imposer des limites et des règles de vie qui créeront un environnement plus sain pour votre chien. Pour se sentir en sécurité, votre toutou a besoin d’un cadre où il ne peut pas agir à sa guise. Un excès de liberté peut être émotionnellement difficile à gérer pour un animal, le rendant potentiellement craintif, trop réactif, voire désorienté. En quête de repères, il peut exprimer son mal-être par des comportements indésirables.

Pour rétablir un cadre sain et équilibré, voici les paramètres sur lesquels agir.

  • Un espace dédié et sécurisé : votre compagnon à quatre pattes nécessite un endroit qui lui est propre au sein de votre domicile, un espace que chacun doit respecter pour qu’il s’y sente en sécurité, serein, et qu’il puisse s’y retirer sans crainte d’interruption. Installez son lieu de repos dans un coin de la pièce à vivre, afin qu’il reste connecté à la vie familiale tout en profitant d’un endroit confortable et peu fréquenté. Votre animal doit pouvoir y accéder librement et également sur votre commande. Le respect de cet espace est primordial, ce qui signifie qu’il ne doit pas être dérangé lorsque dans son lieu de repos. Évitez de le caresser en passant à côté. Si vous souhaitez qu’il vienne à vous, appelez-le et invitez-le à vous rejoindre.
  • Des zones restreintes : établissez des limites sur les endroits que votre chien est autorisé à fréquenter. Par exemple, s’il lui est interdit de monter sur le canapé ou le lit, cette interdiction doit être appliquée systématiquement et il doit descendre immédiatement si vous le surprenez en train de désobéir. À l’inverse, s’il est autorisé à monter, il doit néanmoins apprendre à descendre dès que vous lui en donnez l’ordre. Idéalement, il est préférable de lui apprendre à monter seulement lorsque vous le lui demandez.
  • Gestion des contacts : il est important que vous dirigiez les interactions avec votre chien. Les caresses, les séances de jeu, les promenades… c’est à vous de décider du début et de la fin. Il ne s’agit pas de priver votre compagnon de tendresse, mais plutôt de lui faire comprendre qu’il ne peut pas obtenir tout ce qu’il veut quand il le veut. Cela l’aide à gérer sa frustration, à se calmer, et à intégrer le fait que renoncer peut être bénéfique. Plus concrètement, ignorez votre chien lorsqu’il demande de l’attention (ne le regardez pas, ne lui parlez pas, ne le touchez pas). Une fois qu’il a changé d’activité, appelez-le et proposez-lui ce qu’il souhaite (caresse, friandise, etc.). Ainsi, il comprendra que vous êtes aux commandes et que renoncer peut tout de même conduire à une satisfaction.
  • Gestion des ressources : vous devez superviser l’alimentation de votre chien pour sa santé et son bien-être. Il ne doit pas manger à sa guise sous peine de développer des problèmes graves, tant sur le plan physique que comportemental. Une fois encore, c’est à vous de décider du moment où votre chien peut se nourrir. Offrez-lui un ou deux repas par jour, avec une portion quotidienne adaptée à ses besoins, et laissez-le manger en 15 minutes maximum. Cela lui apprend à gérer sa faim, son appétit, et sa frustration. Il est également important que votre chien apprenne à attendre avant de consommer sa ration.

Ces règles de base contribueront à instaurer chez votre animal un sentiment de sécurité, résultant d’un environnement stable et respectueux de ses véritables besoins, ainsi que des vôtres.

Étape n°2 : Rééduquer mon Chien

Satisfaire les besoins fondamentaux de votre compagnon canin

Il est essentiel de répondre aux besoins fondamentaux de votre chien et de le stimuler quotidiennement pour assurer son équilibre.

  • Ses besoins sociaux : Étant un être social, le chien requiert des interactions régulières avec ses congénères.
  • Ses besoins physiques : Tout chien doit bénéficier d’au moins 30 minutes de promenade par jour. Selon sa race et son âge, les sorties doivent varier en intensité, durée et stimulation.
  • Ses besoins mentaux : Votre fidèle compagnon a besoin d’être stimulé intellectuellement chaque jour pour se fatiguer de manière constructive et renforcer votre relation.
  • Ses besoins olfactifs : En raison du puissant sens de l’odorat chez le chien, veillez à le stimuler quotidiennement par des sorties et des jeux exploitant cette capacité.

Étape n°3 : Rééduquer mon Chien

Renforcer son obéissance

Une fois les deux premières étapes bien établies, enseignez à votre chien des ordres de base indispensables tels que « assis ! », « couché ! », « pas bougé ! », « stop ! » et le rappel.

Étape n°4 : Rééduquer mon Chien

Adopter une approche cohérente

Comme mentionné précédemment, la cohérence est cruciale pour réussir la rééducation de votre chien.

Vous devez :

  • Appliquer toujours les mêmes consignes de manière constante.
  • Encourager votre chien vers le succès.
  • Être à l’initiative de manière systématique.
  • Récompenser chaque réussite.
  • Jouer avec votre chien quotidiennement et le stimuler de manière efficace.
  • Varier les activités.
  • Progresser graduellement dans chaque apprentissage et faire preuve de patience.
  • Démontrer un comportement apaisé, confiant, encourageant, positif, ferme et bienveillant.
  • Ne pas hésiter à remettre en question vos méthodes si nécessaire.

Enfin, il est parfois bénéfique de faire appel à un professionnel. Solliciter les services d’un éducateur canin n’est pas un signe d’échec, mais témoigne au contraire de votre volonté d’accompagner votre animal vers de meilleures habitudes en collaborant avec un spécialiste dans sa rééducation quotidienne.

- Advertisement -
Article précédentUne femme adopte un chien après 7 ans au refuge
Article suivant9 Conseil Avant D’adopter un Chaton