- Advertisement -

En savoir plus sur Chaleurs chez la chienne

Les chaleurs chez la chienne : leur rythme, la détection et les précautions à prendre
Si vous vous demandez si vous devriez faire stériliser votre chienne, sachez que ce choix aura certainement des conséquences sur sa vie ainsi que sur la vôtre. En effet, les chaleurs surviennent plusieurs fois par an et peuvent parfois devenir contraignantes…

Il est important de connaître les éléments essentiels pour anticiper et repérer les chaleurs chez votre chienne, ainsi que les mesures à prendre pour gérer au mieux cette période, aussi bien pour votre bien-être que pour celui de votre animal.

En savoir plus sur Chaleurs chez la chienne
En savoir plus sur Chaleurs chez la chienne

Qu’est-ce que les chaleurs ?

Les chaleurs désignent la période d’ovulation chez la chienne, marquant sa disponibilité pour la reproduction avec un mâle. Étant donné que l’acte sexuel chez les chiens est exclusivement lié à la reproduction de l’espèce, les chaleurs signalent simplement que la femelle est apte à s’accoupler à ce moment-là. En général, les chiennes entrent en chaleur une à deux fois par an, avec un intervalle variant de 5 à 12 mois, généralement compris entre 5 et 7 mois.

Il convient de noter que les symptômes des chaleurs sont généralement faciles à détecter. Toutefois, il existe chez certaines chiennes un phénomène appelé « chaleurs silencieuses », où elles peuvent concevoir sans que les signes habituels de chaleur ne se manifestent. Cela peut poser un problème, car la chienne peut être enceinte sans que vous le sachiez. Pour cette raison, la stérilisation est recommandée si la chienne n’est pas destinée à l’élevage. Il existe également des options de contraception canine qui permettent d’éviter la gestation sans supprimer définitivement les capacités de reproduction.

Le cycle des chaleurs chez la chienne

Tout comme chez la femme, le cycle des chaleurs chez la chienne suit généralement un schéma régulier, qui est un indicateur de sa bonne santé. Bien que ce cycle puisse varier d’un individu à l’autre, une fois établi, il tend à rester stable tout au long de la vie de l’animal. Ce cycle sexuel est orchestré par les hormones et se compose de deux phases principales : le pro-œstrus et l’œstrus. La première marque le début des chaleurs (en moyenne 10 jours, parfois jusqu’à 20 jours), tandis que la seconde correspond à la période d’ovulation (en moyenne 7 jours, mais avec une grande variabilité, pouvant aller jusqu’à 30 jours).

Pendant le pro-œstrus, la vulve de la chienne gonfle, et il peut y avoir des pertes de sang abondantes, bien que la chienne refuse encore les avances des mâles. C’est pendant l’œstrus, la période proprement dite de fécondation, qu’elle acceptera la saillie, avec des pertes de sang moins abondantes. Les phases suivantes, moins remarquables, sont le diœstrus, qui correspond à la période de gestation si la fécondation a eu lieu, et l’anoœstrus, qui est la phase de repos sexuel (d’une durée de 2 à 10 mois) qui s’étend jusqu’aux prochaines chaleurs. Dans leur ensemble, les chaleurs chez la chienne durent généralement entre 3 et 4 semaines.

À quel moment surviennent les premières chaleurs ?

Les premières chaleurs apparaissent à l’âge de la puberté chez la chienne. Ce moment peut varier en fonction de la race et de la taille de l’animal, débutant généralement vers 6 mois et pouvant aller jusqu’à 20 à 24 mois chez les races de grande taille, où la puberté a tendance à être plus tardive. En moyenne, cependant, la puberté survient entre 6 et 15 mois. Il est important de noter que la ménopause n’existe pas chez la chienne, ce qui signifie qu’elle conserve la capacité de se reproduire tout au long de sa vie.

- Advertisement -

Comment reconnaître les signes des chaleurs ?

Les signes précurseurs et pendant les chaleurs chez la chienne englobent à la fois des aspects comportementaux et physiologiques. Sur le plan physique, la chienne peut présenter une certaine fatigue et un sentiment de lassitude, ce qui peut se traduire par un désintérêt pour les jeux et les activités.

Du côté du comportement, les manifestations peuvent varier d’une chienne à l’autre. Par exemple, certaines chiennes deviennent plus câlines, voire collantes, recherchant une attention accrue. Il est également possible d’observer des comportements tels que des gémissements ou des pleurs. Certaines chiennes ont tendance à fuguer à la recherche d’un mâle en période de rut. De plus, quelques-unes peuvent manifester de l’irritabilité et, dans des cas rares, une agressivité inhabituelle qui n’est pas liée à la dominance. Durant les chaleurs, on peut noter un gonflement de la vulve et des pertes de sang, dont l’abondance peut varier d’une chienne à l’autre et à différents moments.

Mesures préventives contre la fécondation de la chienne

Le principal inconvénient de laisser une chienne non-stérilisée est le risque de grossesse non désirée. Pour éviter les avances indésirables des mâles, il est préférable de promener votre chienne à des heures décalées et dans des endroits moins fréquentés afin de minimiser les chances de rencontres. Si vous disposez d’un jardin, cela peut être une option, à condition qu’il soit correctement clôturé pour empêcher l’accès aux mâles en vadrouille et prévenir les éventuelles fugues de votre chienne.

En ce qui concerne l’hygiène, il existe des culottes protectrices pour chiens, mais il est également possible d’en fabriquer une maison en découpant un trou pour la queue dans une culotte et en y plaçant une serviette hygiénique à changer régulièrement. Il est important de noter que la non-stérilisation comporte des risques pour la santé de la chienne, notamment le développement de tumeurs mammaires, de grossesses nerveuses et d’infections utérines.

N’hésitez pas à discuter de cette décision avec votre vétérinaire pour évaluer les avantages et les inconvénients. Il est recommandé de prendre une décision rapidement, car la stérilisation est préférable avant les premières chaleurs. En effet, bien qu’il soit toujours possible de stériliser une chienne adulte, avec l’âge, elle court un risque accru de développer des troubles hormonaux et de subir des complications liées à l’anesthésie générale. Vous pouvez également envisager la contraception canine sous forme de pilule, bien que cela entraîne un certain coût (entre 20 et 50 € par mois, en plus des frais de consultation vétérinaire).

Avez-vous une chienne en gestation ? C’est très important pour vous Préparer chienne à la naissance des chiots

- Advertisement -
Article précédentMon chat refuse d’utiliser sa litière : Pourquoi? Que faire?
Article suivantComment choisir la litière de son chat